PING PONG (2017) 乒乓 au Baazar compatible program

Huit artistes pour huit jours d’exposition dans un petit local au milieu d’un marché de ­Shanghai. Chaque jour un ­participant tiré au hasard faisait une proposition dans l’espace répondant à la proposition de la personne le précédant.

 

Cette installation a été la première proposition. Elle consistait en un système de troc mis en place avec une sélection de 60 photos prises en Chine. Chaque image était tirée en six exemplaires au format A6 et présentée en grille sur un drap.

L'idée de départ était de proposer aux usagers du marché de­ prendre leur photo préférée sans rien donner en échange. En écho à des craintes d’exotisme en photographie lors de mon arrivée en Chine il était question de confronter ma vision à celle des habitants de la ville afin de voir ce qui pour eux était digne d’intérêt dans tout ce qui, à travers mon regard d’occidentale, m’avait paru intriguant, absurde, beau ou différent.

Cependant, l’importance en Chine (et ailleurs) de la valeur monétaire des objets m’a menée au troc. La gratuité suggérant que mes photos étaient sans valeur, il a fallu ­trouver un moyen de leur donner un « prix » afin que des ­personnes acceptent de participer à la proposition. Le troc révélait à la fois les goûts et choix des usagers du marché, mais donnait aussi accès à la valeur d’échange qu’ils prêtaient au travail présenté.

Au fur à mesure des choix et des conversations les dons étaient disposés sur une table au fond du local. Un inventaire était tenu, afin de savoir quelles images étaient sélectionnées et quels objets leur étaient liés.

De haut en bas les trois photos a avoir été le plus sélectionnées